exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Science, Technologie, Développement   > Numéro

Vol 1 - Numéro 1

Science, Technologie, Développement


Articles parus

Science, Technologie et Développement Economique : Des enjeux impérieux et contrariés

La Science et technologie (S&T) sont des enjeux majeurs pour le développement économique et le progrès social. Inscrits dans les ODD de 2015 pour l’Agenda de 2030, leur légitimité n’est pas récente dans la problématique des pays en développement ou en transition. Néanmoins, si leur bienfondé était lié à l’appropriation et la diffusion d’une technologie stricto sensu, le regard actuellement posé sur elles est plus large et lié à la construction de compétences et de capacités. Le présent article propose de revisiter l’état de l’art de la science et la technologie comme interdépendantes du développement économique, avant d’exposer le lien, important mais contrarié dans les théories actuelles du développement économique.


Constat et analyse des politiques industrielles et scientifiques dans le contexte de l’intégration régionale du Sénégal

Les politiques d’innovation reposent sur la Science et Technologie (S&T), mais aussi sur des politiques indirectes permettant d’améliorer le contexte socio-économique local dans le cadre de Pays Moins Avancés (PMA). Notre article propose de valoriser les politiques industrielles et de S&T dans le cadre de l’intégration régionale au Sénégal. La question soulevée est de savoir si le contexte de régionalisation du Sénégal dans le cadre de l’Union Economique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA) et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) lui est favorable, par opposition aux politiques protectionnistes marquées par l’Industrialisation par Substitution aux Importations (ISI) et pratiquée pendant des années. Dans un pays où la Science et Technologie (S&T) sont principalement issues de la recherche scientifique agricole, notre proposition, mobilisant des données secondaires, met en lumière les différents enjeux du secteur industriel sénégalais dans un contexte porté par les politiques scientifiques et technologiques et la régionalisation grandissante.


L’enseignement universitaire à distance en Tunisie : promesses et obstacles à son adoption

Cet article examine l’impact de la digitalisation de l’enseignement supérieur sur les inégalités sociales pendant la crise sanitaire (COVID-19). Après avoir rappelé l’expansion de l’enseignement universitaire à distance ainsi que l’évaluation de l’efficacité de ce nouveau paradigme d’apprentissage, nous approfondissons le lien entre l’enseignement à distance et l’inégalité sociale. S’appuyant sur une étude qualitative exploratoire auprès de trente enseignants universitaires tunisiens, les résultats montrent que la résistance aux changements et la réticence, l’absence de lieu propice de travail et la lenteur de connexion Internet constituent les principaux obstacles à l’adoption de cette nouvelle façon d’apprentissage. De plus, notre étude montre que 60% des enseignants considèrent que l’enseignement à distance présente un puissant accélérateur des inégalités sociales tant pour les enseignants que pour les étudiants.


Adoption des nouvelles technologies rizicoles sur l’efficacité technique au Sénégal

Ce papier analyse l’impact de l’adoption des nouvelles technologies rizicoles sur l’efficacité technique des agriculteurs au Sénégal. En désagrégeant les différentes possibilités ou traitement en trois niveaux à l’aide d’un traitement multiple, les résultats montrent que, d’une part, le premier niveau de traitement T1 (engrais) n’a pas d’impact sur l’efficacité technique des riziculteurs et, d’autre part, le deuxième niveau de traitement T2 (engrais et semence améliorée) et le troisième niveau de traitement T3 (engrais, semence améliorée et équipement motorisé) impactent sur l’efficacité technique des riziculteurs respectivement de 9,7% et de 12,1%.


Capture d’innovation : étude de cas d’une néo-banque à mission sociale et défis pour les pays en développement

Le concept de « capture d’innovation » explique pourquoi les opérateurs historiques permettent aux challengers d’utiliser des innovations radicales qui potentiellement perturbent le marché. Les challengers sont des petits acteurs agiles qui cherchent à prouver que leur innovation est viable, en passant par la vente à un acteur historique. Ce dernier peut ensuite récupérer les marchés perdus et utiliser ses compétences pour intensifier l’innovation capturer, préservant ainsi son avantage concurrentiel. Ce concept est illustré à travers l’étude de cas d’une néo-banque, innovation dans le paysage financier, car son principe est d’offrir une gamme limitée de produits uniquement via le téléphone portable. Le cas montre également que les challengers ont utilisé une nouvelle technologie, une forme organisationnelle différente et une innovation dans les canaux de distribution pour cibler des clients aux besoins non satisfaits. En Inde à cause des règlementations en vigueur un cas similaire n’a pas eu le succès escompté. C’est pourquoi il nous semble important que les organes de régulation dans les pays en développement veillent à avoir une réglementation appropriée pour faciliter la réussite des entreprises innovantes, et ne devraient pas bloquer leurs stratégies de prix, de promotion ni de distribution.. Il est à composer en Arial 9, interligné 13 points.


Autres numéros :

2021

Volume 21- 1

Numéro 1