exit

Sciences humaines et sociales   > Accueil   > Science, Technologie, Développement   > Numéro

Vol 2 - Numéro 1

Science, Technologie, Développement


Articles parus

Contribution de l’innovation frugale à l’amélioration des conditions de vie dans les pays en développement : Cas des entreprises de mobile money au Burkina Faso

Dans les pays en développement et plus particulièrement au Burkina Faso, le développement du mobile money est fulgurant. En quelques années seulement, cette innovation a conquis une place centrale au sein des différents usagers du téléphone mobile. Cet article se donne pour objectif de répondre à la question principale suivante : Comment le mobile money contribue-t-il à l’amélioration des conditions de vie des populations de la BoP au Burkina Faso ? Pour apporter des éléments de réponses à cette question, nous avons eu recours à la méthodologie qualitative à partir des entretiens semi-directifs. Au total quinze (15) entretiens ont été réalisés en face-à-face avec les promoteurs des boutiques de mobile money à Ouagadougou. Les principaux résultats montrent qu’au regard de l’accessibilité du mobile money, sa visibilité, son faible coût et sa qualité, le mobile est une innovation frugale et contribue de manière significative à améliorer les conditions de vie des populations de la BoP. Cette recherche peut être une source de motivation pour d’autres innovations frugales qui pourraient être mises en place dans d’autres domaines afin de répondre aux Objectifs de Développement Durable, en particulier la lutte contre la pauvreté.


La contribution des « Food-hubs » à l’ère du numérique pour la transition « agri-alimentaire » durable : un état des lieux de la recherche dans le cas de l’Afrique subsaharienne

En Afrique subsaharienne, gérer les écarts de manière croissante entre l’offre en zone rurale et la demande en zone urbaine en produits alimentaires de qualité au sein d’un territoire est devenu aujourd’hui un défi sérieux. Cela invite à porter une analyse sur l’innovation territoriale dans l’optique de faire émerger un modèle innovant d’approvisionnement durable des villes tel que celui des « Food- hubs ». Pour aborder cette problématique, cette étude questionne la place qu’ils occupent dans un contexte de développement du numérique au sein des travaux scientifiques pour accompagner la transition vers des systèmes « agri-alimentaires » durables. Ainsi, nous avons fait une recherche documentaire sur Google scholar à travers le logiciel « Publish or Perish ». Les résultats soulignent que, sur les 105 articles publiés dans des revues à comité de lecture, il n’en n’existe aucun orienté vers les villes des pays d’Afrique subsaharienne. Un résultat contrastant avec l’existence depuis février 2022 de dix « Food-hubs » dans cette partie du continent africain. Ainsi, ce travail recommande d’effectuer des études sur ces « Food-hubs ».


Impacts socio-historiques sur les styles de management de la Petite Economie Insulaire française de la Guadeloupe : discussion critique du management paternaliste

L’évolution des Petites Antilles françaises est à mettre en perspective avec leur trajectoire postcoloniale et conduit à expliquer dans quelle mesure « le problème de la culture » vient étayer la construction sociale des entreprises. L’originalité de notre recherche est de conceptualiser les styles de management de la Petite Economie Insulaire française de la Guadeloupe à la lumière de son passé colonial. Une modélisation par équations structurelles de ses styles de management paternalistes est mise en oeuvre à cette fin.


Analyse prospective et proposition d’un modèle de coévolution localisée entre science, technologies et innovation au Sénégal

Dans une économie mondiale changeante, l’innovation est reconnue comme la force motrice des économies et suscite des interrogations relatives à l’articulation de l’environnement économique des pays en développement. Dans ce contexte, la coévolution entre science, technologies et innovation (ST–I) représente un facteur déterminant pour l’émergence du Sénégal. Si le phénomène de territorialisation de l’innovation a fait l’objet de recherches abondantes, peu d’études se sont penchées sur l’interrelation entre ces trois concepts et l’impact de leur coévolution localisée sur les processus de développement des pays. Cependant, la réunion des conditions favorables à la réussite d’une telle coévolution étant limitée actuellement au Sénégal, la mise en place d’un système national d’innovation et la promotion d’une innovation localisée sont nécessaires pour stimuler la compétitivité des entreprises et solidifier l’économie. En effet, le pays se doit de mettre à niveau ses stratégies politiques pour renforcer ses capacités d’innovation, consolider ses institutions et structurer ses acteurs.


Rôle de la performance et de la compétitivité dans l’adoption des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les institutions de microfinance (IMF) au Cameroun

Le présent article a pour objectif d’analyser l’effet de la performance et de la compétitivité sur l’adoption des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans les Institutions de Microfinance (IMF) au Cameroun. Les données nécessaires à la conduite de l’étude proviennent d’une enquête par questionnaire auprès d’un échantillon de 96 IMF. A la suite de la construction d’un indice pour chacune des variables principales de l’étude, la régression linéaire multiple par les Moindres Carrés Ordinaires (MCO), est utilisée. Les résultats montrent que le niveau d’adoption des TIC dans les IMF dépend à la fois de leur niveau de performance financière et sociale. Plus spécifiquement, le niveau d’adoption des TIC par les IMF est positivement associé à la dimension financière de la performance et négativement à sa dimension sociale. Par contre, la recherche de la compétitivité n’incite pas assez les IMF à adopter davantage les TIC. Par ailleurs, l’âge et le gendre des managers, de même que la taille et l’âge de l’IMF sont importants pour expliquer son niveau d’adoption des TIC.


Transformation totale du Soja Glycine max par valorisation du petit lait en cosmétique

La cosmétique naturelle est de tendance actuellement, et ce secteur offre une opportunité de transformation économique des pays en développement. Cependant, la surexploitation des espèces végétales en menace de disparition présente un danger potentiel pour l’écologie, et à long terme, aura toujours des retombées négatives pour ces pays. La valorisation des plantes cultivables est donc une solution de choix. Le soja est connu pour ses qualités neutraceutiques, et cet aliment est largement utilisé à Madagascar pour lutter contre la malnutrition. Le fromage de soja est une source de protéine très prisée qui commence à être bien accepté par la population Malagasy dans leur habitude alimentaire dans le cadre d’une amélioration de la qualité nutritionnelle. Sa vulgarisation est limitée par la nécessité de l’utilisation d’une chaîne de froid et sa courte conservabilité. Les produits aromatiques possèdent des propriétés antimicrobiennes et certains sont également doués de propriétés antioxydantes, deux critères utiles pour la conservation des aliments. L’ajout d’aromates dans la composition du fromage de soja et un léger traitement thermique a permis une plus longue conservation et une amélioration de son goût. Le petit lait contient encore plusieurs substances nutritives, non seulement pour l’alimentation, mais aussi pour la peau. Des produits de soin cosmétiques ont été mis au point. Cette valorisation apporte une grande plus-value au sous-produit d’exploitation du fromage de soja.


Introduction du test sur Membrane Chorioallontoïque de l’oeuf de poule pour les produits cosmétiques dans un contexte malgache

Les produits naturels de soin et de bien être intéressent de plus en plus les consommateurs, entre 2015 et 2019 par exemple, la croissance mondiale enregistrée pour cette part de marché a été de 10 à 11% [FER 21]. Cette situation offre une opportunité favorable pour l’émergence des pays en développement. Cependant, pour pouvoir proposer des produits sur le marché international, ces pays doivent se conformer aux règlements et aux normes imposés par les échanges internationaux. Parmi ces règlements, la législation Européenne a banni les tests sur les modèles animaux pour les cosmétiques [JOU 09]. L’embryon de l’oeuf de poule n’est pas considéré comme un animal [RIB 16]. Dans un pays où la disponibilité des moyens financiers et matériels est très limitée, le test sur membrane chorioallontoïque de l’oeuf de poule offre une méthode non coûteuse et facile à mettre en oeuvre pour des tests cosmétiques. Après une étude préalable des conditions optimales, le dispositif de couvaison naturelle s’avère être le plus adapté dans le contexte malgache. Des produits cosmétiques fournis par des laboratoires locaux ont été testé. Malgré le fait que la validation de cette méthode est déjà acquise au niveau de plusieurs pays, une comparaison avec des essais sur oreille de lapin a été effectuée [BUD 21]. La bonne adaptabilité et la souplesse de cette technique ont été démontrées. Il s’agit ici d’un transfert de technologie facile et bénéfique pour le contexte socio-économique malgache.


Valorisation de la filière dattes en Tunisie par l’association savoirs et techniques "modernes" et "traditionnels" : difficultés, succès et perspectives

Cet article a pour objectif d’analyser la filière dattes en Tunisie en mettant en lumière la structuration de cette chaîne de valeur agricole au prisme de ses différents enjeux stratégiques, économiques et sociaux. Il a pour objectif de comprendre les différents impacts de ces défis sur les organisations engagées dans cette filière. La méthodologie adoptée est qualitative sur la base d’entretiens semi-directifs réalisés auprès d’experts du secteur. Des données gouvernementales ont également été analysées comme sources secondaires. Les résultats ont montré une chaîne de valeur agricole à deux vitesses, en l’occurrence un manque de structuration entre les maillons de la chaîne malgré un leadership international quant aux exportations en valeur, des défis techniques à engager afin de s’inscrire dans une chaîne de valeur globale plus impactante et des enjeux stratégiques locaux autour d’une filière plus équitable et solidaire. Les défis et les perspectives mis en lumière engagent aussi bien les pouvoirs publics que les différentes parties prenantes locales et internationales.


La transition numérique dans les clusters culturels et créatifs en Algérie : dinanderie à Constantine et joaillerie à Batna

A l’ère du numérique, les TPE artisanales se voient dans l’obligation de s’adapter aux changements et assurer une transition vers les TIC pour se maintenir et booster leur compétitivité. Dans cette perspective et afin de valoriser et promouvoir l’artisanat en Algérie, la Direction Générale de l’Artisanat et des Métiers, a opté pour un jumelage avec l’Union Européenne dans le but d’accompagner l’installation de deux clusters d’industries culturelles et créatives : le cluster de dinanderie élaboré à Constantine et le cluster de Joaillerie à Batna. En effet, la théorie des clusters, attribue l’insertion des technologies et l’innovation aux externalités d’agglomération et aux interactions locales. L’objectif de ce travail est donc d’essayer de comprendre les attitudes des artisans membres des clusters culturels et créatifs en Algérie vis-à-vis de l’intégration des TIC. Pour réaliser cet article, nous optons pour une étude qualitative, afin d’explorer notre phénomène de recherche. Ceci nous permettra de faire ressortir les éléments de construction qui façonnent les comportements technologiques et novateurs des artisans au sein des clusters.


Innovation commerciale et pays émergents : d’une logique North dominated à une logique South generated

La plupart des travaux consacrés à l’innovation commerciale dans les pays émergents abordent cette dernière comme nécessairement et exclusivement issue des pays développés du Nord. Cette innovation, produite dans les pays développés serait simplement adoptée en l’état par les pays émergents qui s’inscriraient dès lors dans une logique suiveuse et totalement dépendante. L’objectif de cette contribution est de montrer que cette logique d’innovation North dominated est loin de correspondre à la réalité observée aujourd’hui sur le terrain. En effet, nous constatons que les pays du Sud ont une approche nettement plus proactive de l’innovation. Cette dernière, lorsqu’elle est issue des pays du Nord n’est pas adoptée en l’état, mais est souvent modifiée en profondeur pour être mieux adaptée aux spécificités du marché local. Plus encore, les pays du Sud, de plus en plus, dans le cadre d’une logique d’innovation inversée, deviennent initiateurs d’innovations qui vont jusqu’à remonter la voie traditionnelle de diffusion (telle qu’elle est évoquée dans les travaux académiques) pour s’imposer aux pays du Nord.


Impact des bonnes pratiques agricoles sur le rendement des cultures d’anacarde (noix de cajou) au Sénégal

Le Sénégal a enclenché un processus de transformation structurelle de son économie en s’appuyant sur des filières qui offrent des avantages en termes de productivité agricole. C’est dans ce cadre que des projets de soutien à la filière noix de cajou (aussi appelés anacardes) ont été élaborés afin d’inciter les producteurs à respecter les bonnes pratiques agricoles. Afin d’identifier l’impact de ces bonnes pratiques, une enquête a été réalisée en 2018 auprès de 228 producteurs de noix de cajou du département de Kolda. Pour obtenir des résultats pertinents, la méthode de la variable instrumentale a été retenue afin de prendre en compte le problème d’endogénéité du facteur adoption des bonnes pratiques et de minimiser le biais induit à la fois par les caractéristiques observables et inobservables. Les résultats montrent un impact positif et significatif de l’adoption de ces bonnes pratiques agricoles sur les rendements des producteurs adoptants, avec ou sans interaction. Les résultats indiquent que le respect des bonnes pratiques à un impact significatif quel que soit le genre du producteur, même si l’impact est plus élevé pour les femmes. Nos résultats révèlent qu’un changement de comportement (adoption de bonnes pratiques agricoles) de la part des producteurs peut constituer un bon instrument pour accroître la productivité de la noix de cajou au Sénégal. Ainsi, pour une filière noix de cajou durable, des stratégies de sensibilisation peuvent être développées en mobilisant tous les acteurs (radios communautaires, chefs de villages, agents de développement, structures d’encadrement et de recherche...).


Technologie, Innovation et durabilité de la chaîne de valeur soja : étude du front cotonnier camerounais face aux enjeux environnementaux

Le front cotonnier camerounais dans l’espace soudano-sahélien connaît une dynamique productive du soja impulsée par une demande croissante du secteur agroalimentaire national et du marché transfrontalier avec le Nigeria. Cette dynamique est porteuse de profondes mutations des agro systèmes locaux. D’une simple culture de case non référencée dans les statistiques agricoles régionales, le soja occupe depuis l’année 2010, le 2ème rang des légumineuses cultivées après l’arachide, le niébé et le voandzou. L’évolution rapide des superficies cultivées de 6705 ha en 2008 à 15 020 ha en 2018 est révélatrice de l’engouement manifesté par les agriculteurs pour cette spéculation qui, malgré la quasi absence d’encadrement des pouvoirs publics, structure désormais une chaîne de valeur porteuse d’opportunités de construction d’une politique de Science et Technologie (S&T) dans le secteur agroalimentaire d’une part et d’amélioration des revenus des agriculteurs d’autre part. Cette dynamique est à un second niveau porteuse d’enjeux environnementaux dans un espace exposé à la dégradation accélérée de son milieu naturel. L’objectif de cette recherche est donc d’analyser les enjeux environnementaux induits par la culture du soja. Les résultats montrent que le développement de cette culture induit la régression accélérée du couvert végétal et la dégradation des sols. Le premier enjeu est lié à l’extension des superficies cultivées par des défrichements. Le second est inhérent à l’intensification de l’utilisation des produits phytosanitaires et principalement du glyphosate, dont l’usage pour la lutte contre les adventices contribue à accélérer l’acidification des sols.


Autres numéros :

2021

Volume 21- 1

Numéro 1

2022

Volume 22- 2

Numéro 1